La saison estivale marque la montée des troupeaux de vaches, chèvres ou brebis en alpage, afin de brouter, durant les 4 mois d’été, un mélange d’herbe fraîche et de fleurs de montagne. Afin de protéger leurs troupeaux des prédateurs comme le loup, les éleveurs se font aider par des chiens de protection de troupeau souvent appelés « Patous ».

Quels sont les races de chiens de protection que nous pouvons retrouver en alpage ?

On retrouve 3 races de chiens de protection des troupeaux en montagne :

  • Montagne des Pyrénées, aussi appelé Patou
  • Berger d’Anatolie
  • Martin Espagnol

Ces 3 races de chiens ont la particularité d’avoir une corpulence imposante, une mâchoire puissante qui leur permet d’aboyer fort et ils possèdent un instinct de protection très développé. Le chien de protection a grandi au milieu du troupeau et en compagnie de l’Homme, ce qui permet, à la fois, d’avoir un attachement fort au troupeau qu’il défend, mais également, de ne pas avoir peur de l’humain.  

Comment réagir face à un chien de protection de troupeau ?

 Les chiens de protection sont souvent plusieurs à défendre un troupeau. Une zone est délimitée autour du troupeau et dès lors qu’un intrus pénètre dans cette zone, le chien de protection se met en alerte. Il aboie et vient à la rencontre du randonneur pour l’identifier en le flairant. Cette action peut paraître très impressionnante car le Patou aboie fort et s’approche de vous avec rapidité, d’autant plus que sa corpulence en impose.

Alors, quels sont les gestes que vous devez adopter en tant que randonneur dans cette situation ?

Dès lors que vous apercevez un troupeau en alpage :

  • Ralentir son rythme de marche et, dans la mesure du possible, contourner le troupeau au maximum que vous pouvez, sans jamais vous mettre en danger. N’oubliez pas de vous signaler au chien, en le saluant, sifflant, chantant… sans jamais crier.
Si vous êtes en vélo : descendre du vélo rapidement et marcher à côté du vélo, car les mouvements rapides peuvent entraîner un réflexe de poursuite chez le chien de protection.

Dès lors que le chien approche :

  • Arrêtez-vous ou avancez très lentement (pas directement en direction du chien), gardez les bras le long du corps (ne faites pas de gestes brusques) ;
Si vous avez des bâtons de marche : tenez-les dans une main, orientés vers le bas. Ne les brandissez pas.
  • Ne regardez pas le chien dans les yeux ;
  • Parlez-lui calmement et gardez votre calme ;
  • Vous pouvez placer un objet (sac, veste…) entre le chien de protection et vous si vous avez peur.
Si vous êtes en vélo : arrêtez-vous avec le vélo placé entre le chien de protection et vous.

Dès lors que le chien se calme :

  • Continuez votre chemin doucement, en restant face à lui, sans le fixer dans les yeux.

Il est déconseillé d’emmener votre chien de compagnie en alpage, mais si vous randonnez avec : il peut représenter une menace pour le chien de protection. Gardez donc votre chien en laisse, ne le prenez pas dans vos bras. S’il y a une interaction entre votre chien et le chien de protection, laissez-les interagir.

Si malgré tous ces bons gestes le Patou ne se calme pas et que vous vous sentez en danger, reculez lentement, sans tourner le dos au chien ni le fixer dans les yeux. Après quelques mètres vous pourrez faire demi-tour.