La transhumance, l’emmontagnage, la montée en alpage… tant de termes qui désignent le fait de déplacer un troupeau de bêtes dans une ferme d’alpage pour les 4 mois d’été (de juin à septembre). Nous avons pu suivre la montée à l’alpage du troupeau d’abondances du lycée agricole de Contamine-sur-Arves, passant les mois d’estives à l’alpage école de Grande Montagne sur les pentes de Sulens. Les élèves apprenant l’agriculture au lycée agricole de Contamine et la transformation fromagère à l’ENILV de la Roche-sur-Foron pourront pratiquer en condition réelle ce qu’ils ont appris durant leur année d’étude.

À vos cloches, prêts, emmontagnez !

Un alpage école, qu’est-ce que c’est ?

Un outil pédagogique innovant en France

Comme son nom l’indique, l’alpage école est un lieu dédié à l’enseignement de la profession agricole.

L’objectif de cet alpage unique en France, implanté à Serraval, sur la montagne de Sulens, est de former les jeunes apprenants et les adultes aux activités pastorales dans leur ensemble, de l’élevage à la transformation du lait en fromage, tout en préservant l’environnement et les ressources disponibles.

En plus de son volet formateur, le site de Grande Montagne joue un rôle de sensibilisation (environnementale, pastorale, forestière et agroécologique) pour les élèves et les touristes et souhaite devenir un centre innovant dans le domaine du pastoralisme.

C’est un outil indispensable pour transmettre aux jeunes apprenants les savoir-faire ancestraux de la vie, du travail agricole et de la transformation fromagère en estive, tout en tenant compte des enjeux environnementaux et agroécologiques actuels.

Les Phases de construction du projet

  • 2016 : l’idée germe de créer un alpage école. Le lycée agricole de Contamine-sur-Arve cherchait un alpage pour son troupeau (avant, le troupeau du lycée agricole allait à l’alpage de Seraussaix à Morzine) et l’alpage de « Grande Montagne » était en vente.
  • 2017 : approbation et lancement officiel du projet.
    – En été : 1er pâturage des vaches du lycée agricole.
    – En décembre : formalisation du contrat et acquisition par la CCVT de l’alpage (avec le soutien financier du département).
  • 2018 : signature des baux pour 30 ans, réhabilitation du bâtiment et 1er chantier école par la MFR de l’Arclosan.
  • 2019 : continuation des travaux pour mettre aux normes l’établissement et accueillir les futurs étudiants.
  • 2020 : ouverture officielle du Centre d’Innovation et de Sensibilisation Pastorale, Forestière et Environnementale, accueil de 30 apprenants sur tout l’été. Mise en place de l’Observatoire de la Biodiversité.
  • 2021 : accueil des apprenants tout au long de l’été, ouverture de l’alpage école au grand public pour le faire découvrir. Poursuite des travaux d’aménagement et de recherche.
À ne pas manquer :
Le mercredi 21 juillet 2021, une découverte accompagnée et guidée de l’alpage école de Grande Montagne est organisée par la CCVT. Plus de renseignements dans l’agenda.

Les prestataires engagés dans l’alpage école de Grande Montagne

La Communauté de Communes des Vallées de Thônes (CCVT) est à l’initiative de ce beau projet. Elle a acheté le terrain et a apporté son expertise dans l’aménagement des territoires ruraux, notamment l’aménagement des alpages et le développement agricole.

Le Département de la Haute-Savoie a été fortement investi dans ce projet d’alpage école avec notamment un financement à hauteur de 80% dans l’acquisition de l’alpage. Ce projet rentre dans la continuité de la politique pastorale et des Espaces Naturels Sensibles.

La Région Auvergne-Rhône-Alpes a pris en charge les travaux de réhabilitation du bâtiment pour permettre aux élèves d’avoir un alpage école adapté à leurs besoins en formation et apprentissage du métier.

L’Etat, quant à lui, est représenté par le lycée agricole public de Contamine-sur-Arve, qui met à disposition son troupeau d’abondances, un vacher et des élèves apprenant le métier d’agriculteur.  Un fromager de l’Ecole Nationale des Industries du Lait et des Viandes (ENILV), implanté à la Roche-sur-Foron, apporte son savoir-faire et transmet aux élèves fromagers les différentes techniques de transformation du lait en fromage.

logos partenaires de l'alpage école de Grande Montagne à Sulens - la région Auvergne-Rhône-Alpes, le département de la Haute-Savoie, la CCVT (communauté de communes des vallées des Thônes), l'EPLEFPA / lycée agricole de Contamine-sur-Arve et l'ENILV (école natiuonale des industries et des viandes) de la Roche-sur-Foron

D’autres établissements de formation comme les Maisons Familiales Rurales (MFR) de l’Arclosan, des Dronières, du Villaret, le Centre de Formation aux Métiers de la Montagne (CFMM), l’Institut des Sciences de l’Environnement et des Territoires d’Annecy et le lycée agricole de la Motte-Servolex réalisent également des chantiers et formations à l’alpage école.

D’autres partenaires du projet à Grande Montagne :

  • Société d’Économie Alpestre de la Haute-Savoie
  • Société d’aménagement foncier et d’établissement rural de la Haute-Savoie
  • Chambre d’Agriculture Savoie Mont Blanc
  • Asters, Conservatoire d’Espaces Naturels de Haute-Savoie

L’alpage école de Grande Montagne : unique en France !

L’alpage école de Grande Montagne est un outil pédagogique destiné aux élèves du lycée agricole public de Contamine-sur-Arve et de l’ENILV de la Roche-sur-Foron. Ils sont 3 ou 4 élèves à monter à l’alpage par semaine pour découvrir le métier d’alpagiste, ce qui leur sert de stage d’été. Il y a une rotation des élèves toutes les semaines afin que chacun puissent découvrir le travail et la vie en alpage.

alpage école de grande montagne à sulens, fabrication d'abondance, de tomme de savoie et vente à la ferme
Alpage école de Grande Montagne à Sulens, entièrement rénové ©OT Thônes CDV

Les élèves qui étudient l’élevage et l’agriculture s’occupent des vaches et de la traite. Les élèves de l’ENILV, quant à eux, s’occupent de la transformation fromagère.

Comme pour n’importe quel troupeau, il y a bien 2 traites par jour, une le matin et une le soir, et cela TOUS les jours ! Il y a 2 raisons principales à cela :

  • Pour le rendement : il faut respecter au minimum un intervalle de 5 heures entre 2 traites pour récupérer suffisamment de lait. Une traite à intervalle de temps régulier permettra également aux vaches d’avoir une meilleure productivité et un lait de bonne qualité. Comme le veut la coutume, les agriculteurs respectent un temps de 12h entre 2 traites, mais certains font des traites espacées entre 7h et 10h seulement.

Et comme nous l’a précisé Clément, le fromager de l’alpage école de Grande Montagne :

Ce ne sont pas celles qui ont les plus grosses mamelles qui font le plus de lait !

  • Pour soulager les vaches : le poids du lait dans leurs mamelles les fait souffrir. Il est donc vital pour elles de passer en salle de traite 2 fois par jour, pour ne pas les faire souffrir. La traite doit se faire à intervalles réguliers pour leur bien-être et pour un meilleur rendement de lait.
Le saviez-vous ?
Les vaches possèdent une horloge biologique assez développée. Elles se dirigent automatiquement vers la salle de traite quand l’heure arrive.
intérieur de l'alpage école de grande montagne à Sulens
Étable et atelier de transformation du fromage à l’alpage école de Grande Montagne à Sulens ©OT Thônes CDV

Étant donné que l’alpage école fonctionne à effectif réduit (seulement 2 employés permanents), et qu’ils ne peuvent pas trop faire travailler les jeunes stagiaires, la production fromagère se fait uniquement le matin. La traite du soir est refroidie et travaillée le lendemain, ajoutée à celle du matin.

Le fromager et les élèves de l’alpage école de Grande Montagne produisent de l’Abondance tous les jours et de la Tomme de Savoie une fois par semaine.

Le petit + :
Une boutique va ouvrir à l’alpage école cette année avec des produits locaux : Abondance, Tomme, saucissons, terrines, miel…

Le seul jour où les élèves ne produisent pas de fromages est le dimanche car c’est le jour de rotation des apprenants à l’alpage école. Le lait des traites est conservé au frais pour être transformé le lundi matin par la nouvelle équipe.

Le saviez-vous ?
L’Abondance est un fromage AOP (Appellation d’Origine Protégée). La Tomme de Savoie est un fromage IGP (Indication Géographique Protégée).
Ces labels européens garantissent que le fromage a bien été fabriqué dans le respect d’un cahier des charges précis et produit dans une zone géographique spécifique.

Contrairement à bon nombre d’alpages dans les Aravis, l’alpage école de Grande Montagne ne produit pas de Reblochon, car la fabrication doit se faire 2 fois par jour immédiatement après chaque traite. Pour fabriquer un Reblochon, le lait n’est ni cuit ni pasteurisé, il ne subit donc aucun choc de température et est transformé avant de refroidir.

Le saviez-vous ?
Le lait sort du pis de la vache à 35°C.

Le Reblochon ne peut donc pas être produit à l’alpage école car il est impossible avec 36 vaches d’avoir assez de lait pour fabriquer et du Reblochon et de l’Abondance.

Le saviez-vous ?
Il faut 10L de lait cru pour faire 1kg d’Abondance, en sachant qu’une meule d’Abondance pèse en moyenne 10kg !

Les personnes que nous avons rencontrées :

  • Clément : formateur fromager à l’ENILV et à l’alpage école l’été. Il est employé à l’année. C’est la 5e saison qu’il passe à l’alpage école.
  • Jacky : vacher de juin à septembre, uniquement pour les 4 mois d’été à l’alpage. Il forme les jeunes au métier d’agriculteur.
  • Annick : vachère le reste de l’année, d’octobre à mai. Il lui arrive de remplacer 2-3 jours Jacky à l’alpage école à Sulens lorsqu’il a des impératifs durant l’été.
  • Anouchka : cheffe de projet employée par le Ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation pour une durée de 3 ans. Son rôle : expliquer l’alpage, l’environnement et faire des animations Espaces Naturels Sensibles de façon pédagogique. Son contrat inclut une partie recherche (projet carbone, réchauffement climatique…)
  • Christophe : responsable du lycée agricole public de Contamine-sur-Arve, l’EPLEFPA (Établissement Public Local d’Enseignement et de Formation Professionnelle Agricole).
  • Astrid : chargée de mission alpage école de Grande-Montagne à la Communauté de Communes des Vallées de Thônes.
  • Thierry : chargé de mission communication à la Communauté de Communes des Vallées de Thônes.

La montée à l’alpage

Le troupeau de vaches appartient au lycée agricole et vient donc de Contamine-sur-Arve. Les vaches passent d’octobre à mai à Contamine et viennent en alpage à Sulens pour les 4 mois d’été. Le troupeau est entièrement composé de vaches de race Abondance, l’une des 3 races de vaches laitières que nous retrouvons dans nos montagnes.

Connaissez-vous les 3 races de vaches laitières « tout terrain » que nous retrouvons le plus fréquemment chez nous ?
L’Abondance, la Tarine (toutes 2 des Pays de Savoie) et la Montbéliarde (du Jura).
Ces 3 races de vaches sont parfaites pour vivre en montagne : elles sont adaptées aux variations de température et ont une facilité à gravir d’importants dénivelés.
troupeau d'Abondance pâturant dans les prés de l'alpage école de Grande Montagne à Sulens
L’Abondance est reconnaissable par sa robe pie rouge acajou (rouge-marron foncé). Son ventre et sa tête sont blancs mais ses lunettes acajou autour des yeux en font sa particularité !

Le troupeau de l’alpage école est normalement composé de 40 vaches, mais mardi, seules 36 vaches ont fait la transhumance. Christophe, le responsable du lycée agricole, nous a dit que les 4 vaches restantes sont taries ou trop jeunes pour produire du lait (les génisses).

Le saviez-vous ?
Les génisses sont de jeunes femelles n’ayant pas encore eu de veaux. La vache étant un mammifère, elle ne peut pas produire de lait tant qu’elle n’a pas eu son premier veau.

Pour monter à l’alpage, les vaches ont dû parcourir 1h de route en bétaillère pour pouvoir atteindre le Col de Plan Bois. Le transport s’est effectué en 2 trajets.

La 2nde partie du troupeau est arrivée en bétaillère vers 11h15. Le temps de faire sortir les vaches et de les parquer avec les autres, nous avons commencé l’emmontagnage à 11h35.

Nous avons pris le sentier traditionnel, balisé, que nous empruntons pour faire la randonnée qui nous mène au sommet de Sulens. Il s’agit d’une piste en terre et cailloux assez large, ce qui en fait un sentier accessible à tous, même avec des enfants.

Alternant passages en sous-bois et pâturages, nous continuons notre ascension, tout en tenant compte de l’avancée des vaches, qui sont de très bonnes marcheuses ! Avec quelques arrêts ravitaillement en chemin, nous devons les suivre et les remotiver à avancer en les appelant, ou avec une petite tape d’encouragement sur les fesses.

Juste avant d’arriver à l’alpage école de Grande Montagne, nous finissons la montée en alpage dans le brouillard. Ce n’est pas pour autant que nous ne profitons pas de la vue et de cette atmosphère mystérieuse et fascinante à la fois !

Après un peu moins de 40 minutes de marche, nous arrivons enfin à l’alpage école. Les abondances ne se font pas prier pour rentrer dans leur pré et brouter les fleurs de montagne et l’herbe fraîche. La diversité de la flore en altitude permet de produire un lait de qualité, ce qui donne ce goût si particulier aux fromages produits durant les 4 mois d’estive.

Nous finissons cette montée à l’alpage par le traditionnel « casse-croûte » partagé tous ensemble, qui permet un moment d’échange et de convivialité entre promeneurs, élèves et formateurs.

Le démontagnage, ou la descente des alpages, se fait en général entre le mois de septembre et le mois d’octobre. La date reste aléatoire et est fixée en fonction des conditions météorologiques. L’alpage étant plus élevé en altitude, les premières neiges peuvent arriver dès le mois de septembre ou octobre.

Si notre article vous a donné envie de découvrir l’alpage école ou bien de vivre l’expérience unique d’une montée en alpage dans nos jolies montagnes, sachez que Saveurs des Aravis en organise une dizaine chaque année dans toute la vallée des Aravis, courant mai / juin.

Ne manquez pas