A 1 123 mètres d’altitude, Rémi et Florent accompagné de son chien Prune, nous accueillent avec un grand sourire devant le refuge. Ils ont récupéré les clés du Lindion cette année. Ce chalet d’alpage entre lac et montagnes est sur le tracé du GR 96 et du GRP Tournette Aravis et est accessible en 1h30 depuis le parking de Morette.

Complémentaires, les deux amis font paître une cinquantaine de vaches à 1 500 mètres d’altitude et gèrent le refuge. Entre les arrivées des randonneurs et le travail auprès des troupeaux, les journées sont bien remplies.

© Thierry Milherou

Rémi a quitté l’Auvergne pour Thônes où il a été formé au Centre de Formation des Métiers de la Montagne. Il est aujourd’hui moniteur de ski de fond à l’Espace nordique du Plateau des Confins à la Clusaz. Enrichi par son expérience de 5 ans au refuge du Mont Thabor, c’est lui qui a contacté son ami Florent après être tombé sur l’annonce indiquant que la commune recherchait deux nouveaux gardiens au Lindion.

Florent, lui, est diplômé en gestion forestière et en gestion et protection de la nature. Originaire du Nord, il a décidé de poser ses valises en Haute-Savoie et travaille comme pisteur-secouriste aux Confins l’hiver. Il a déjà gardé pendant 4 ans des troupeaux dans le Jura Suisse.

© OT Thônes Coeur des Vallées
© OT Thônes Coeur des Vallées

Affairés derrière les fourneaux, Florent et Rémi font cuire une omelette préparée avec les œufs de leurs poules ! Chaque geste est savamment dosé, jusqu’à la fleur d’origan qui décore le plat. Ils préparent et mijotent de bon petits plats hauts en couleurs, tout en portant une grande attention à la présentation : une belle assiette, c’est important !

Être un bon gardien, c’est aussi assurer un bon accueil. Pour Rémi : « si tu aimes la montagne, ce n’est pas pour participer à sa destruction ». Ainsi, les deux gardiens s’attachent à s’approvisionner au maximum en produits locaux et biologiques.

Ils réalisent, autant que faire se peut, leurs achats en circuit court afin de réduire la part de produits transformés. Ainsi, dès le mois de juin, les clients peuvent profiter de produits de qualité, faits maison : charcuterie de la ferme de Follon à Copponex, cola maison, fruits et légumes biologiques de chez Biomonde à Thônes, orties et épinards sauvages cueillis autour du refuge, fromages de Manigod, pain de chez « Ma Boulange » à Serraval… Les gardiens redescendent en quad de la montagne et se ravitaillent plusieurs fois dans la saison en produits frais.

© OT Thônes Coeur des Vallées
© OT Thônes Coeur des Vallées

Rémi et Florent ont également une approche pédagogique afin d’expliquer et faire appliquer les règles de vivre-ensemble : respecter la quiétude des lieux, ne pas gaspiller les ressources,…

Au rez-de-chaussée, on trouve une salle à manger décorée avec goût dans une ambiance chaleureuse et authentique. À l’étage, un dortoir convivial peut accueillir une vingtaine de personnes. Le bâtiment appartient à la mairie qui y a d’ailleurs installé des panneaux solaires. L’eau est captée par gravité depuis une source à proximité et permet d’approvisionner le refuge.

© OT Thônes Coeur des Vallées
© OT Thônes Coeur des Vallées
© OT Thônes Coeur des Vallées

En poussant la porte, on tombe également sur une bibliothèque mise à disposition des occupants du lieu. Choisis par les gardiens, on y trouve des BD, des romans ou des ouvrages de réflexion sur la montagne et notre environnement.

refuge de Lindion
© OT Thônes Coeur des Vallées
© OT Thônes Coeur des Vallées

Entre urgence quotidienne auprès des vaches et anticipation nécessaire à l’accueil des randonneurs, ce métier nécessite d’être polyvalent. Organisateur, hôte d’accueil, cuisinier, conseiller météo, les gardiens n’ont pas d’horaires, ils vivent au refuge 24h/24.

En famille ou entre amis, le lieu est idéal pour passer des moments de tranquillité en pleine nature, alors n’hésitez pas à rendre visite à Rémi et Florent, ils seront ravis de vous ouvrir la porte de leur refuge.

© Thierry Milherou

infos pratiques

  • Privilégier la réservation pour les repas et les nuitées
  • 500 m de dénivelé depuis le parking de Morette
    Temps d’accès depuis le parking : 1h30
  • 780 m de dénivelé depuis la vallée de Montremont
    Temps d’accès depuis le parking : 2h
  • 1 080 m depuis Montremont en passant par la Pointe de Talamarche
    Temps d’accès depuis le parking : 5h